Un outil de précision multifonction

Les anticorps sont de grandes protéines comprenant deux régions : la région constante et la région variable.

Ces deux régions sont le support de deux fonctions différentes. La région variable peut reconnaître et se lier de façon spécifique à certaines cibles, appelées antigènes (récepteur sur une cellule, protéine circulante…) tandis que la région constante est le support de la fonction effectrice de l'anticorps : c'est elle qui commande le blocage, la destruction ou encore la stimulation de la cible.

Des anticorps aux anticorps monoclonaux (mAb pour monoclonal Antibody)

Déjà utilisés à la fin du XIXème siècle sous forme de mélanges d’anticorps issus de sérums ou de plasmas, les anticorps reviennent en force au XXIème siècle grâce aux progrès des biotechnologies. Ces technologies permettent de faire pousser des cellules et leur faire exprimer des protéines d’intérêt, ce que la chimie classique ne peut pas faire, les protéines étant des structures trop complexes. Il s’agit donc d’utiliser les cellules comme de véritables petites usines biologiques. Ces technologies ont permis la fabrication de protéines de plus en plus complexes (hormones de croissance, insuline, interférons, puis anticorps et protéines améliorées) de façon biochimiquement et pharmacologiquement pures. Les améliorations de ces protéines ont été successives : les anticorps par exemple étaient au départ produits chez le rongeur. On utilise aujourd'hui des anticorps humains (fully human) ou humanisés en remplaçant, par génie génétique, les séquences "souris" par des séquences humaines. Ainsi, on minimise les effets secondaires liés à leur utilisation tout en optimisant leur action spécifique.

En fonction de l’antigène ciblé, l’anticorps peut donc être conçu pour avoir telle ou telle action. Par exemple, Rituxan®, dans le lymphome, tue la cellule porteuse d'un marqueur de ce cancer. Avastin®, dans plusieurs cancers solides, se fixe sur un facteur de croissance des vaisseaux sanguins, empêchant ceux-ci de croître et d’irriguer la masse tumorale en formation. Les anticorps anti-TNF tels que Humira® ou Remicade® utilisés dans des pathologies inflammatoires chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde, reconnaissent une molécule pro-inflammatoire et la neutralisent.

 

Innate Pharma développe deux types d'anticorps : des immunomodulateurs et des cytotoxiques

Anticorps immunomodulateurs dans le cancer

 

 

Anticorps immunomodulateurs dans l'inflammation

 

 

Anticorps cytotoxiques

 

 

Conjugués anticorps-médicament dans le cancer

 

 

Innate Pharma a développé une technologie d'anticorps conjugué (dite ADC) propriétaire